21/08/2013

LAMAL=POURSUITES=COMMINATION DE FAILLITE ETC.

CE N’EST PAS UN DEVOIR C’EST UNE OBLIGATION D’ECRIRE A U. MAURER.

 

 


 Pour tous ceux qui sont un jour tombés dans la marge du contentieux avec le paiement des primes d’une assurance maladie, et tous ceux qui recoivent des poursuites et des comminations de faillite suite à un différent je demande au Président de la confédération de venir au secours de cette administration défaillante : Pourquoi :

Les lacunes voire les incompétences du Canton de Genève donc de ses autorités et notamment de Mr François Longchamp jusqu’à son changement pourrissent la vie des citoyens. En ce qui me concerne je trouve donc inadmissible le manque de sérieux en quelque sorte de l’assurance maladie ou autre affaires administratives traitées avec trop de légèreté selon mon point de vue, incompétences qui persistent depuis trop longtemps. Pour preuve encore cette année le service de l’assurance maladie a demandé aux Genevois concernés par un subside d’attendre 2 mois pour se prononcer quant à une réponse positive ou négative pour l’octroi de celui-ci.

Cette réponse devrait se faire dans des délais acceptables. Il faut donc être attentif au fonctionnement de l’administration et exiger qu’elle soit une administration efficiente et à la hauteur des tâches qui lui sont confiées pour traiter la quantité et la qualité du travail.

Si ce n’est pas le cas les citoyens recoivent de nombreuses poursuites inutiles, des commination de faillite, des actes de défaut de biens mais surtout des frais et des frais de rappels d’abord et des frais de l’OPF ensuite qui s’élèvent à la hauteur des âneries du système humiliant de l’assurance maladie pourtant obligatoire (soit jusqu’à 60-70% de frais de plus que le dû normal de la cotisation).

Il y a environ 3 ans le Canton ne retrouvait même pas des actes de défaut de biens des citoyens.

En outre Genève la Ville douée qui n’a rien fait pour un citoyen pendant plus de 15 ans alors qu’elle aurait dû le soutenir durant ce temps, veut maintenant contrôler ses revenus et loyers encaissés d’un appartement et l’OPF a inscrit au registre foncier la dette due de l’assurance maladie comme s’il était un handicapé, physique ou mental.

Au regard de cette affaire et pour mettre un terme à l’incompétence genevoise des services du SAM  de l’OPF et du service des impôts liés à ces affaires de comptabilité, il me semblait normal d’écrire au Président de la Confédération, afin de mettre cette administration liée à l’assurance maladie sous tutelle jusqu’à son fonctionnement correct.

Jean Zahno le 21 août 2013   

 

Les commentaires sont fermés.