10/01/2014

CONCOURS POUR UN DES BONS SOUVENIRS.

LES CAHIERS AU FEU ET LA MAÎTRESSE DE CHAMPEL AU MILIEU.


 

Non ne brûlez pas celle de Champel c’est Vera, elle est depuis peu élue au Grand Conseil.

Oui je veux raconter cette histoire longtemps enfouie dans ma tête comme beaucoup d’autres.

Elle est revenue à la surface pour deux raisons, la première est technique car je dois convertir mes cassettes mini dv au numérique pour pouvoir travailler un bout de film que je veux faire avec mes souvenirs de Champel, la seconde est la demande du Club Senior de Champel d’envoyer un bon souvenir  dont l’un d’entre eux sera retenu et primé par le comité d’organisation. Cette histoire  concerne une maîtresse qui enseignait dans une classe à Champel et que je vis ce jour-là dans sa classe par hasard à ma demande.

Je ne me souviens plus de l’heure, ni du jour ni de la date exacte mais je me rappelle de ces instants magnifiques et magiques, ce bonheur de filmer ces enfants et leurs maîtresses dont Vera toute timide à cette époque.

L’association des Intérêts de Champel donnait en effet un prix chaque année à un élève ou à des élèves pour la meilleure composition sélectionnée sur des thèmes choisis ou imposés en accord avec un des inspecteurs des écoles primaires du quartier et des alentours. Comme vous le voyez nous faisions déjà les concours de poésies ou de compositions pour les jeunes.

Cette année-là on proposa à l’AIC le travail collectif d’une classe des Crêts de Champel qui avait fait un très bon travail sur les oiseaux qui peuplent la cité, sur leur migration, sur leur protection. Les enseignantes de cette classe étaient , Mme Bossonens qui me raconta à cette occasion que les Crêts-de-Champel était un chemin non goudronné lorsqu’elle commença à enseigner  dans cette école et une certaine Vera Figurek figure publique aujourd'hui.

Président de l’association qui donnait le prix à cette époque je voulais présenter les auteurs de ce travail au comité pour valider le choix des inspecteurs en filmant cette classe entière puisqu’il s’agissait d’un travail de groupe.

Rendez-vous pris, Juste avant de rentrer dans la classe des élèves je vis dans les couloirs de l’école des Crêts de Champel ces mots ces phrases inscrits en couleur jaune sur les tableaux d’affichage des murs extérieurs de la classe : Combattre les incivilités, protéger la nature, respecter et aider les personnes âgées, aimer ses parents etc.

Je ressentis à ce moment-là déjà tout ce qu’apportent les maîtresses ou les maîtres à ces écoliers et ceci tout en me posant les questions suivantes :

-est ce que les enfants que je vais filmer seront attentifs ?

-comment m’y prendre pour à la fois intéresser les enseignantes Mmes Bossonens et Figurek.

-Comment les féliciter et les encourager après ce travail collectif primé par l’association des Intérêts de Champel ?

Pour mémoire il est bon de rappeler que tout ce travail fut remis après la présentation. De grands cartons marrons sur lesquels sont dessinés des oiseaux qui viennent passer l’hiver ici et qui repartent ensuite avec leur nom leur vie leur trajet en km. J’eus un véritable cours donné par des enfants à un adulte attentif.

Tous ces cartons et tout ce travail fait par cette classe se trouvent maintenant stockés à la Maison du Général Dufour dans les archives de l’AIC.

Il ne tient qu’à vous de raviver l’expo pour revoir ce magnifique travail car il mentionnait également ce qu’il faut faire pour protéger les oiseaux. Par exemple coller un autocollant sur les vitres des appartements ou des vitres des classes pour les prévenir afin qu’ils ne viennent pas s’écraser sur celles-ci pendant leur vol.

 Maintenant nous arrivons au moment décisif qui laissa dans ma mémoire tant de joie tant de souvenirs et ce bonheur qui réchauffe en tout temps le cœur tellement ils m’ont ce jour-là tout donné.

Ils souriaient tous ils participaient au débat ils étaient fiers d’être reconnus. Ils avaient cette impression non seulement d’avoir un rôle dans ce travail collectif mais ils jouaient leur rôle individuel assis devant leur pupitre en levant la main ou en s’exprimant à leur manière. C’était simplement fabuleux pour moi. Je me souviens encore de leurs yeux de leur visage d’enfants bien éduqués, d’enfants distingués par un prix, puis d’enfants rayonnant de bonheur quand ils me montraient les nichoirs installés par eux  sur les arbres dehors à côté de l’école pour héberger les oiseaux l’hiver ou leur donner une maison et un nid pour faciliter leur reproduction.

Oui cette classe de l'école des Crêts-de-Champel a fait chaviré mes sens et ai pensé souvent à cette scène de film à cette maîtresse qui ravive ce très bon souvenir chaque fois que je la croise dans la cité. Je vous embrasse Maîtresse et embrassez les enfants pour moi .

Le 7 janvier 2014

Jean Zahno

Ancien Président des intérêts de Champel.

 

09:57 Publié dans CHAMPEL | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci de rappeler combien les maîtres peuvent éveiller l'enthousiasme de leurs élèves ! Cette reconnaissante est devenue aujourd'hui si rare !

Écrit par : Michèle Roullet | 10/01/2014

Les commentaires sont fermés.