14/04/2015

BANQUES CHINOISES. Zürich ou Genève?

L'ESSENTIEL N'EST PAS LA CRITIQUE MAIS BIEN L'ACCOMPAGNEMENT.


 

 Il y a quelques années j’avais une petite amie chinoise, son beau-frère avait une entreprise de 20000 personnes dans le textile au nord de Shanghai. Il était Maire de sa commune et représentait à l’époque sa région à Péquin. De ce fait il serrait souvent la main du premier ministre.

 

Je reçu un jour une information de mon amie chinoise:

 

Ma sœur et son mari viennent à Genève, ils veulent éventuellement créer une entreprise en Suisse.

 

J’ai donc travaillé le projet et ai demandé à Versoix un local ou une grande salle où nous pourrions réunir une centaine de personne pour une conférence et une rencontre avec des industriels chinois. Pour l’époque c’était prometteur et intéressant d’avoir des opportunités.

 

Nous projetions de créer une SA et de vendre après étude du marché leurs produits.

 

Sans réponse de Versoix mon amie a réservé un emplacement pour exposer des produits de leur production à l’hôtel Warwick au premier étage.

 

Martine et Carlo étaient Conseiller d’Etat et à ce titre je leur ai envoyé une invitation.

 

Nous avons invité nos relations dont d’anciens clients actifs dans le commerce textile.

 

Les Chinois projetaient réellement d’engager des gens pensant que le commerce en Suisse serait florissant.

 

Ils voulaient faire quelque chose pour eux comme ils disaient. Il faut comprendre cette phrase. En effet car sortant du communisme, ils pensaient avoir plus de libertés ici et faire du commerce dans le monde d’affaires libéral de la société européenne.

 

Nous avons eu des gens très intéressés dont Mr Quedens qui a été sollicité pour aller sur place et monter son affaire. Moi j’ai été déçu car Martine et Carlo ne sont pas venus au rdv et n’ont même pas répondu à cette invitation, oui je sais que ces personnes étaient très occupées mais voilà mes chinois sont repartis en disant « la Suisse et petite » et nous ferons des affaires en Belgique ou en Allemagne.

 

Je ne demande plus de nouvelles, même si j’ai eu droit en son temps à un article en Chine dans leur journal de quartier de 400000 âmes.

 

Je veux simplement dire que la Chine c’est grand et qu’il y a beaucoup de travail à faire comme partout là-bas mais souvent au début ils ne connaissent pas très bien les formalités administratives locales, et cite un exemple. Un Mr devait rencontrer mon amie chinoise. Etant en voyage en Allemagne il pensait que les visas allemand et suisse étaient valables.

 

Ne pouvant franchir la douane de Bâle par train il est arrivé à Annecy où je suis allé le chercher. Il a pu passer un bon weekend end à Genève, il a acheté pour environ 30000 de montres Rolex et il est rentré chez lui en me disant si vous passez dans mon pays vous serez mon hôte je m’occuperai de tout, c’était un importateur Mercedes mais en Chine un quartier d’une grande ville c’est peut être grand comme la Romandie.

 

 

 

Jean Zahno

 

 

 

 

 

    

 

 

 

Les commentaires sont fermés.